• Saint Remeze Village au coeur des Gorges de L'Ardeche
  • Entete Sainte Remeze Ardeche Grotte Madelaine
  • Entete Sainte Remeze Ardeche 3

Les Gorges de l'Ardèche

balcon de la cathedrale sainte remeze ardeche

Ce canyon, entaillé profondément dans les calcaires, fruit d’un travail titanesque de l’Ardèche, s’étire sur plus de 30 km. C'est un site remarquable par la qualité de ses paysages, la variété de ses patrimoines naturels et culturels, qui attirent chaque année des milliers de visiteurs avides de découverte et d’activités de pleine nature.

Cet espace naturel protégé s'étend sur 1 950 hectares, classé en Réserve naturelle nationale depuis quarante ans.

Faune

Ici, vous êtes dans le royaume de l'aigle de Bonelli, rapace d'une envergure d'environ 1m60.

C'est une espèce très menacée en Europe.

D'autres rapaces comme le faucon pèlerin, le circaète Jean-le-Blanc, le milan noir, le vautour percnoptère, ou le hibou grand-duc sont présents sur ce secteur.

Des mammifères séjournent aussi dans la réserve : le castor, le renard, le sanglier, la genette, la belette et la loutre.

Végétation

Elle est diversifiée selon les milieux. L’arbre principal de la forêt des gorges est le chêne vert, toujours en feuilles, longtemps exploité pour faire du charbon de bois.

Le genévrier de Phénicie est un arbre emblématique et caractéristique du sud de la France qui n'hésite pas à se développer sur la plupart des falaises, parfois la tête en bas. Un spécimen daté à + de 1500 ans a été découvert dans les gorges.

Occupation humaine

Les gorges furent des lieux de prédilection pour les chasseurs-cueilleurs du Paléolithique. Nous y trouvons les plus anciennes manifestations de l’art à la grotte Chauvet avec des peintures naturalistes de grande qualité et d’une grande variété de plus de 34 000 ans. Une douzaine d’autres grottes ornées se cachent dans nos gorges.

Les grottes sont davantage occupées au Néolithique dont certaines déjà aménagées en bergeries. C’est aussi le début du dolménisme et d’un art pariétal encore mal connu, l’art schématique.

A l’Age du Bronze, plusieurs grottes servent de sépultures ou de cachettes pour du mobilier.

A l’Age du Fer, c’est l’apparition de villages de hauteur sur des éperons rocheux ou sur les plateaux voisins, souvent entourés de murailles.

Les grottes seront réoccupées aux périodes de troubles, au Moyen Age, et sous les Guerres de religion.

Au XIXe siècle, les versants se couvrent d’"abris bergeries" en pierre sèche pour les troupeaux de moutons et chèvres de nos villages qui se comptent par plusieurs dizaines de milliers de bêtes. Les bûcherons et charbonniers y occupèrent aussi une place importante au XIXe s. et jusqu’au milieu du XXe siècle.

Les grottes servent encore de refuge lors de la Seconde Guerre mondiale. 

SGGA

La gestion de cet espace a été confiée au Syndicat mixte de Gestion des Gorges de l'Ardèche    (SGGA). Né de la volonté des élus du plateau de veiller sur cet environnement exceptionnel sans nuire au développement touristique local, il regroupe aujourd’hui 16 communes riveraines ou voisines des gorges (13 de l’Ardèche dont la commune de Saint-Remèze et 3 du Gard).

Les bivouacs de Gaud et Gournier

Situés sur la commune de Saint-Remèze, ce sont les deux seules aires de bivouac autorisées dans les gorges gérées par le SGGA.